Sécurité d'approvisionnement pour la Belgique - besoin de réserve stratégique pour l'hiver 2016-17


02-12-2015

La situation de la sécurité d’approvisionnement en électricité du pays est depuis quelques temps un sujet prioritaire. Cette problématique a mené à quelques adaptations légales et régulatoires. Un mécanisme de réserve stratégique a ainsi été créé pour la Belgique, impliquant de nouvelles tâches et responsabilités pour Elia.

L'une de ces tâches consiste à déterminer le besoin en réserve stratégique sur base d’une analyse probabiliste de la sécurité d’approvisionnement du pays. Cette analyse doit être réalisée chaque année par Elia au plus tard pour le 15 novembre.



Le rapport pour l’hiver 2016-17, y compris des estimations indicatives pour les hivers 2017-2018 et 2018-19, répond à la demande des parties prenantes, par le biais d'une consultation publique, de plus de transparence sur les hypothèses et plus d’explications des résultats. Les principales modifications méthodologiques qui ont été mises en œuvre sont l'intégration de la réponse du marché et l’application de la méthodologie flow-based pour les flux internationaux.

Les résultats repris dans le rapport ne peuvent être interprétés comme un besoin concret en réserve stratégique que jusqu’au 31 mars 2017. En effet à partir de cette date, subsiste la possibilité de fermeture de centrales supplémentaires. Ceci, conjugué à la possibilité de fermetures supplémentaires dans les pays voisins, influencerait de manière significative les besoins en réserve stratégique pour les hivers au-delà de mars 2017.

Elia a soumis ce rapport au SPF et au ministre de l'Énergie le 13 novembre sur base des informations connues à ce moment. L’annonce de l’AFCN du 17 novembre sur l’autorisation du redémarrage de Doel 3 et Tihange 2 n’était pas connue au moment de livrer cette analyse. Dans le scénario de référence utilisé dans ce rapport, les deux unités sont considérées comme indisponibles. Cependant, le rapport contient une sensibilité sur la disponibilité des centrales nucléaires.

Lire le rapport