Etude sur l’intégration de la production éolienne offshore dans la zone de réglage Belge

Une augmentation significative de la production éolienne offshore est prévue dans la zone offshore Belge d’ici à 2020. Une fois que tous les parcs offshore seront opérationnels, la capacité installée totale augmentera à 2300 MW. Les variations de la production des parcs causées par une vitesse de vent élevée (également définie comme « tempête ») ou par un changement soudain de la puissance ou de la direction du vent (également définie comme « évènement de ramping ») pourraient à ce moment-là causer des déséquilibres substantiels dans la zone de réglage Belge. De plus, comme tous ces parcs éoliens sont situés à proximité l’un de l’autre en mer du Nord, il a été observé qu’ils se comportent tous d’une manière similaire face à une tempête ou à un événement de ramping et que l’impact ne diffère principalement qu’en raison des caractéristiques techniques de chaque éolienne.

Afin de mieux comprendre l’impact possible d’une tempête ou d’un événement de ramping sur la zone de réglage Belge, ELIA a finalisé en 2017 une étude avec l’aide du consultant 3E. Deux recommandations principales ressortent de cette étude:

  1. ELIA doit développer- avec l’aide d’un fournisseur externe – un modèle de prévision de tempête spécifique et ;
  2. ELIA doit élaborer une procédure opérationnelle spécifique afin de s’assurer que les acteurs de marchés responsables mitigent correctement l’impact attendu d’une tempête.

Sur base de ces conclusions, ELIA a élaboré et discuté avec les acteurs de marché le design « offshore integration ».

Documents