Réseau modulaire offshore


Octobre 2018

Embarquement de la sous-structure du MOG à Vlissingen

Le 24 octobre, la sous-structure métallique de la plateforme offshore du MOG a été chargée avec succès à bord du navire chargé de son transport au départ de Vlissingen.

L’équipement mesure 50 m de haut et pèse environ 1500 tonnes ! L’installation en mer du Nord est prévue pour la première semaine de novembre, si les conditions climatiques le permettent. L’installation de la partie supérieure de la plateforme est quant à elle prévue pour le 2e trimestre 2019.

La plateforme offshore fait partie du Modular Offshore Grid et devrait entrer en service d’ici la fin septembre 2019.

Juillet 2018

Retrait des UXO sur le tracé du projet MOG

Elia a travaillé sur la plage de Zeebruges en juin dans le cadre du projet MOG (Modular Offshore Grid). Avant d’installer les câbles, les UXO présents dans le corridor entre la plage et la plateforme offshore doivent être retirés. UXO signifie « UneXploded Ordnances » et fait référence aux munitions non explosées qui se trouvent toujours dans la région côtière.

Après la cartographie de la plage avec des méthodes de détection spéciales, les objets potentiellement explosifs ont été approchés avec des détecteurs spécialisés et des excavatrices. Tous les travaux ont été réalisés sous la supervision d'un expert certifié en UXO. La campagne UXO en mer a également commencé et se poursuivra jusqu'en septembre de cette année. Au total, plus de 250 objets doivent être inspectés.

   

Mars 2018

Elia a le plaisir d’annoncer que tous les principaux contrats de construction pour le réseau modulaire offshore (MOG) ont été attribués.

Grâce à l’octroi de ces contrats majeurs, l’avancement du projet MOG respecte le calendrier fixé avec une mise en service prévue pour la fin du mois de septembre 2019. Le projet sera entièrement opérationnel en 2020.

Avec le projet MOG, Elia construit un hub électrique offshore pour quatre parcs éoliens. L’objectif est d’acheminer le plus efficacement possible l’énergie qu’ils produisent, jusqu’au réseau terrestre. Ce projet est le premier de ce genre en Belgique et contribuera au développement ultérieur de l’énergie renouvelable en mer du Nord.

Lire le communiqué de presse

 

Description du projet

Le réseau modulaire offshore, aussi appelé MOG pour Modular Offshore Grid, est le premier projet de réseau d’Elia en mer et le premier de ce genre mené en Belgique. Le MOG regroupera et raccordera l'énergie produite en mer par quatre nouveaux parcs éoliens (Rentel, Seastar, Mermaid et Northwester 2) afin de l’injecter dans le réseau terrestre belge via un nombre restreint de câbles sous-marins. Il se compose d’une plateforme Offshore Switchyard (OSY), de systèmes de transport sur la plateforme Rentel et de trois câbles sous-marins qui raccordent les plateformes au poste à haute tension 380 kV Stevin situé à Zeebruges.

Le MOG revêt une importance stratégique pour le déploiement ultérieur de l'énergie renouvelable en mer du Nord.

 

Frontières du MOG

Les assets ci-dessous (périmètre orange sur le schéma) seront détenus et exploités par Elia :

une plateforme en mer (OSY : Offshore SwitchYard) située à environ 40 km au large de Zeebruges qui accueillera un poste à haute tension 220 kV ;

  • deux câbles sous-marins 220 kV qui raccorderont la plateforme OSY au poste à haute tension Stevin ;
  • un câble sous-marin 220 kV qui raccordera la plateforme OSY à la plateforme Rentel, puis la plateforme Rentel au poste à haute tension Stevin (installé par la société Rentel et repris par Elia) ;
  • les assets de transport 220 kV présents sur la plateforme Rentel (installés par la société Rentel et repris par Elia).

Les assets repris dans le périmètre en vert seront détenus et exploités par les gestionnaires des parcs éoliens.

Avantages d'un réseau modulaire offshore (MOG)

Les avantages du concept de MOG par rapport à un raccordement direct ( « concept spaghetti » ou réseau radial) au réseau terrestre sont multiples.

Meilleure disponibilité des parcs éoliens

Le MOG permettra de maximiser le transport de la production renouvelable. Les parcs éoliens en mer raccordés via le MOG offrent une disponibilité totale supérieure à celle des parcs éoliens disposant chacun d’un raccordement direct :

  • Les trois câbles entre la plateforme OSY et le poste à haute tension Stevin peuvent transporter la charge totale produite par les parcs éoliens. Le MOG se positionne donc ainsi comme une solution plus robuste en termes de continuité. 70 % du temps, le volume de la production éolienne ne sera pas affecté par la perte ou la panne de l'un des câbles. En cas de de panne, la production offshore n'est réduite qu'en cas de production offshore complète, ce qui ne se produit qu’un tiers du temps.
  • A l’inverse, une panne d’un câble d’un raccordement direct individuel entraîne l’arrêt et la perte totale de la production du parc éolien concerné, et ce, tant que le raccordement est défectueux.

Construction en étapes

Grâce à sa modularité, la construction du MOG peut se dérouler par phase et s’aligner sur le calendrier de construction de chaque parc éolien. Cette façon de procéder permet de réduire le risque d’assets abandonnés (« stranded assets »).

Efficacité accrue

On considère que le coût total des deux scénarios est plus au moins similaire, avec un léger avantage pour le concept de MOG.

Le concept de MOG utilise une plateforme OSY commune, une partie de la plateforme Rentel ainsi que trois connexions câblées entre la plateforme OSY et la côte. À titre de comparaison, un « concept spaghetti » ne nécessite pas de plateforme OSY mais requiert entre 30 et 40 km de câble supplémentaires, ce qui correspond environ à la distance entre la plateforme OSY et la côte de Zeebruges.

Respect de l’environnement

L'installation d'un câble sous-marin s'accompagne de nombreuses activités susceptibles d’exercer un impact local sur l'environnement :

  • les travaux préparatoires : retrait des câbles locaux de télécommunications obsolètes, installation de mesures de protection aux passages de câbles, pré-balayage pour enlever les dunes de sable locales, dragage local et travaux de pré-creusement, enlèvement d'objets particuliers ;
  • l’installation et l’enfouissement du câble ;
  • l’installation de raccords en mer si nécessaire ;
  • travaux d’atterrissage du câble

Le concept de MOG utilise 30 à 40 km de câble en moins que le « concept spaghetti ». Il permettra également de réduire les nuisances sur les fonds marins et de moins perturber la vie sous-marine. Il est par conséquent plus respectueux pour l’environnement.

Développement offshore futur

Le choix d'un réseau modulaire offshore est d'importance stratégique pour l'avenir de la Belgique en termes de participation au déploiement ultérieur de l'énergie renouvelable en mer du Nord.

Outre la nécessité de raccorder les quatre parcs éoliens au réseau terrestre de la manière la plus économique et la plus fiable possible, un MOG représente aussi l’occasion unique de développer un premier nœud électrique (aussi appelé prise ou fiche en mer) en mer du Nord. Mais aujourd'hui, ce nœud électrique peut être concrétisé sans frais supplémentaires pour la communauté.

À l’heure actuelle, les concessions offshore pour parcs éoliens et les renforcements de réseau associés sont prévus pour une capacité qui pourra aller jusqu'à 2,2 GW d'ici 2020. Des prévisions de 4 GW pourraient être envisagées dès 2030. Non seulement la construction d'un MOG offre un avantage dès maintenant, mais elle conférera aussi de précieux atouts pour la position de la Belgique dans le développement offshore futur :

  1. Possibilité d’accueillir plus de production offshore dans les eaux belges :
  • augmentation de la capacité des concessions existantes ;
  • raccordement des concessions futures ;
  • raccordement d’autres sources d’énergie renouvelable, comme les vagues, le stockage, etc. ;
  1. Base prospective pour les raccordements futurs :
  • raccordement possible de la plateforme OSY à un autre réseau offshore à proximité ;
  • intégration de la plateforme OSY dans un réseau offshore belge ; premier élément d'un futur super-réseau offshore.