Mer du Nord


Un réseau maillé

Jusqu'à présent, les différents parcs éoliens en mer du Nord ont toujours été raccordés individuellement au réseau terrestre. Grâce à la mise en place d'un réseau modulaire ou « prise en mer », les parcs éoliens seront raccordés à un poste à haute tension qui sera érigé sur une plateforme en mer, à son tour raccordée au réseau terrestre. Le concept exact de ce réseau modulaire et son cadre réglementaire sont actuellement à l’étude, en collaboration avec les différentes parties-prenantes

Une plateforme internationale à courant continu

A long terme, l’infrastructure de ce réseau modulaire sera ensuite raccordée à une plateforme internationale grâce à des liaisons à courant continu. Ces dernières permettent de transporter de plus grosses puissances sur de plus longues distances. Des pays voisins comme l'Angleterre et les Pays-Bas travaillent actuellement également au développement de réseaux dans leurs eaux territoriales en mer du Nord.

Une telle plateforme internationale ouvrira ainsi l'accès à d'autres types d'énergie, notamment l'hydraulique en Scandinavie. De telles ressources pourront intervenir lorsqu’il n’y a pas de vent en mer du Nord. Ces liaisons permettront aussi de stocker l’énergie éolienne dans des infrastructures prévues à cet effet. Ce nouveau réseau en mer du Nord permettra aux consommateurs belges d'être alimentés en électricité verte, même en l'absence de vent !

Pour raccorder de manière optimale les parcs éoliens en mer du Nord à son réseau terrestre, un réseau offshore modulaire ou « prise électrique » en mer est la solution.

Elia est en cours de  concertation avec les différentes parties prenantes : les autorités compétentes et les différents exploitants des futurs parcs éoliens offshore (Mermaid, Northwester II, Rentel et Seastar) pour déterminer quelle est la meilleure solution pour réaliser ce réseau off-shore. Un réseau modulaire est idéal d’un point de vue technique, économique, mais également environnemental. Cette modularité vise en effet à favoriser l’utilisation commune du réseau par le plus grand nombre de parcs possible.

Première phase : renforcer le réseau terrestre

Dans un premier temps, Elia a entrepris le renforcement de son réseau terrestre dans la zone côtière. Une démarche essentielle afin de permettre l’arrivée massive d'énergie dans cette région et son acheminement vers les centres de consommation situés à l'intérieur du pays.
Pour ce faire, Elia a procédé par étapes :

  • la pose d'une nouvelle liaison souterraine 150 kV entre les postes de Koksijde et Slijkens ;
  • le renforcement du poste à haute tension de Slijkens ;
  • le renforcement de l'axe entre Zeebruges et Blauwe Toren par le biais de deux câbles 150 kV, auquel s'ajoute un câble supplémentaire entre les postes de Bruges et Blauwe Toren.

Ces réalisations ont ainsi permis le raccordement des premiers parcs éoliens, pour une capacité de l'ordre de 900 MW.
Début 2015, Elia a lancé la réalisation du projet Stevin, qui vise à renforcer le réseau à haute tension dans la région côtière en installant une liaison 380 kV entre Zomergem et Zeebruges. Celle-ci permettra de transporter l’énergie des parcs éoliens offshore vers l’intérieur du pays.

La prochaine étape consiste à déterminer le concept du réseau modulaire offshore ou « prise en mer ».

Elia examine, en concertation avec les différentes parties prenantes impliquées, la solution la plus optimale d’un point de vue technique, économique et environnemental