Le rôle du BRP

Pour aider à maintenir l'équilibre entre production et consommation sur le réseau, Elia dispose de responsables d'équilibres (Balance Responsible Parties ou BRP) à chaque point d'accès.

Responsable d'équilibre (BRP)

Chaque point d'accès au réseau doit disposer d’un BRP désigné. Il peut s’agir d’un producteur, d’un client important, d’un fournisseur d'énergie ou d’un trader.
Par conséquent, chaque BRP est responsable d’un portefeuille de points d'accès et doit prévoir et prendre toutes les mesures raisonnables pour maintenir l’équilibre entre les injections, les prélèvements et les échanges commerciaux au sein de son portefeuille. 

Programme journalier d’équilibre

Le jour précédant la période en question, le BRP doit soumettre à Elia un programme journalier d'équilibre pour son portefeuille au jour J, qui consiste en :

  • Les prévisions d'injections et de prélèvements à chaque point d'accès ;
  • Les échanges commerciaux, à savoir achats et ventes, avec d'autres BRP et/ou liés aux importations et exportations aux frontières.

Le programme journalier d'équilibre doit être équilibré sur une base quart-horaire : la somme des injections et des achats doit être égale à la somme des prélèvements et des ventes. Pour maintenir l'équilibre au niveau de son portefeuille, un BRP peut faire appel à un hub  (en anglais) ou à une bourse de l'énergie pour échanger de l’énergie avec d'autres BRP pour le lendemain (day-ahead) ou pour le jour même (intraday).

Tarifs de déséquilibre

Elia utilise les données de mesure ex-post des points d’accès et les programmes d'échanges commerciaux pour vérifier si un BRP est resté en équilibre. Si un BRP se trouve en situation de déséquilibre sur une base quart-horaire, le BRP est soumis aux tarifs de déséquilibre.
Le tarif de déséquilibre encourage le BRP à maintenir son portefeuille en équilibre ou, dans certains cas, à aider Elia à assurer la sécurité et la fiabilité de son réseau.

Etude sur l’intégration de la production éolienne offshore dans la zone de réglage Belge

Une augmentation significative de la production éolienne offshore est prévue dans la zone offshore Belge d’ici à 2020. Une fois que tous les parcs offshore seront opérationnels, la capacité installée totale augmentera à 2300 MW. Les variations de la production des parcs causées par une vitesse de vent élevée (également définie comme « tempête ») ou par un changement soudain de la puissance ou de la direction du vent (également définie comme « évènement de ramping ») pourraient à ce moment-là causer des déséquilibres substantiels dans la zone de réglage Belge. De plus, comme tous ces parcs éoliens sont situés à proximité l’un de l’autre en mer du Nord, il a été observé qu’ils se comportent tous d’une manière similaire face à une tempête ou à un événement de ramping et que l’impact ne diffère principalement qu’en raison des caractéristiques techniques de chaque éolienne.

Afin de mieux comprendre l’impact possible d’une tempête ou d’un événement de ramping sur la zone de réglage Belge, ELIA a finalisé en 2017 une étude avec l’aide du consultant 3E. Deux recommandations principales ressortent de cette étude:

  • ELIA doit développer- avec l’aide d’un fournisseur externe – un modèle de prévision de tempête spécifique et ;
  • ELIA doit élaborer une procédure opérationnelle spécifique afin de s’assurer que les acteurs de marchés responsables mitigent correctement l’impact attendu d’une tempête.

Sur base de ces conclusions, ELIA a élaboré et discuté avec les acteurs de marché le design « offshore integration ».


Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur notre site ou en cliquant sur « J’accepte », vous indiquez avoir lu et approuvé notre politique en matière de cookies. Plus d’informations sur les cookies